ACAL Quesaco La réforme territoriale vue par la section CGT Haut Rhin

Version imprimableversion PDF

L ACAL est l'acronyme pour désigner la grande région Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine.

La simple addition de territoires pauvres avec l' Alsacequi se porte mieux, ne formera pas une grande région riche.

Les grandes régions, dont ACAL, ont été fondées sur trois lois successives:

 

-la loi du 27/01/2014 relative à la modernisation de l ' action publique territoriale et l 'affirmation des métropoles

A partir de 400 000 habitants, l'agglomération devient métropole. Strasbourg est l 'euro-métropole de la grande région ACAL.

 

-la loi du 17/12/2014 sur la délimitation des régions

 

-la loi Notré (Nouvelle organisation territoriale de la République) redéfinissant les compétences entre le département et les régions.

 

Ces réformes territoriales suppriment la clause générale de compétence qui permettait à une collectivité territoriale de se saisir de tout sujet ne relevant pas de l'Etat. Les 13 régions auront une compétence sur le développement économique, l'aménagement du territoire, la formation professionnelle, la gestion des lycées et des transports (scolaires compris). Elles pourront jouer un rôle de coordination en matière d 'emplois. Elles auront un rôle moteur en matière environnementale.

Les départements, finalement maintenus, conservent la gestion des collèges, des routes et de l 'action sociale.

 

Nous constatons une montée en puissance des régions et des intercommunalités (le seuil étant fixé à 20 000 habitants par la loi Notré) ...

Malgré la contestation de ces réformes territoriales, la CGT devra s'organiser partout en France face à l'immensité des super régions, telles que l 'ACAL, si elle veut poursuivre la construction de luttes syndicales pertinentes. Sur le territoire de notre futur grande région,ce ne seront pas moins de 10 Unions départementales et 3 Comités régionaux qui devront coordonner leurs actions. Les Unions Départementales tout comme les Fédérations sont les moteurs de rassemblement de tous les syndicats CGT par branche de métiers ou de manière inter-professionnellepour mener des luttes contre les politiques publiques régressives. Face à ce défi, elle n'est pas la seule. Les autres organisations syndicales seront confrontées aux mêmes problèmes.

Les inter-syndicales, à deux, trois, quatre ou cinq sont aussi des moyens de construire un rapport de force plus large. 

 

Avec ces réformes territoriales, c'est finalement les libertés syndicales qui ne pourront pas s'exercer sereinement. Une organisation syndicale si puissante soit elle, est censée avoir plus de mal à s'adapter que l'Etat lui-même à ses propres réformes. La CGT est

cependant, prête à relever ce défi. Elle compte aussi sur l ' appui de ses militants, des adhérents et de ses sympathisants.

La «régionalisation» s'inscrit dans un contexte européen. Les modes d'action syndicale doivent aussi s'adapter à la problématique frontalière de notre région. Essayer de comprendre les syndicats de nos voisins allemands, suisse, luxembourgeois, belges, essayer de

trouver un terrain d ' entente pour permettre de construire de luttes transfrontalières, transnationales contre les politiques d ' austérité européennes.

Colonne de droite publique: