Compte rendu et déclaration liminaire GT A + du 24 février 2016

Version imprimableversion PDF

MALAISE DE L’ENCADREMENT
Lors du CTR du 16 février 2016, le directeur général a tenu ses propos en fin de séance concernant l’encadrement :
« … il y a un sujet central et horizontal : les indicateurs, le soutien et les modes de management . Il existe un groupe de travail sur le sujet. La DGFIP a assumé que certains objectifs stagnent, compte tenu des moyens. Les modes de management ont changé en terme de mutualisation et formation des cadres intermédiaires. Il faudrait progresser dans ce domaine, car il faut prendre grande attention des cadres intermédiaires, parce qu’ils sont entre le marteau et l’enclume…. »
Cette dernière expression avait été utilisée par la CGT dans un de ses tracts en novembre 2012
« Les vilains petits canards pris entre le marteau et l’enclume sont donc chargés de résoudre la quadrature du cercle consistant, à trouver l’impossible point d’équilibre entre la pénurie des effectifs, la satisfaction officieuse des indicateurs, l’accomplissement des missions, le contrôle interne et la détérioration des conditions de travail »
Ce constat s’est aggravé en 2016 , même le directeur général le reconnaît !
Quelle solution propose t-il ? Former les cadres intermédiaires…
Le problème ne vient pas des cadres intermédiaires mais du mal travail qu’on leur demande de faire !
Les cadres ont parfaitement compris que les schémas d’organisation les plus performants sont impuissants, à freiner la dégradation inéluctable du fonctionnement des services et des conditions de travail.
Comment peuvent-ils rester motivés, face à cette avalanche d’attaques de notre réseau et de nos missions, alors que la culture de la performance et les aptitudes à mettre en oeuvre la Réforme de l’Etat restent les critères d’appréciation des cadres ? (cf fiche 1 page 10)
Pour s’en convaincre il n’y a qu’à consulter les questions posées dans la dernière enquête du baromètre social et les mauvais résultats remontés concernant : les rythmes des changements et l’évolution de la DGFIP, l’urgence et la complexité, la priorisation et la capacité à faire face, le stress et la motivation...en pièce jointe l'analyse des fiches