CONTY (80) Trésor en moins, service en moins

Version imprimableversion PDF

Si le calendrier est respecté, au 1er janvier 2017, les habitants de Conty devront se rendre à la trésorerie de Poix-de-Picardie s’ils ont un souci à régler avec leur impôt communal. Et se tourneront vers Amiens pour tout ce qui est de l’ordre du recouvrement. « Ils ont calqué la carte des regroupements de trésoreries avec celle des fusions de com de com.   Ce que l’on dénonce, c’est la disparition du service public  », insistait ce vendredi matin Valérie Roussel, secrétaire de la CGT finances publiques.

Avec d’autres syndicalistes (l’action d’hier était menée en intersynciale avec FO et Solidaires), la CGT débutait hier matin un cycle d’information dans les communes concernées par la fermeture des perceptions. Mercredi matin, c’est à Ailly-sur-Noye que les banderoles seront déployées.

En attendant, aujourd’hui, à Conty, le maire Pascal Bohin a lui aussi donné son avis sur ce démantèlement du service aux administrés. «  Je le vois comme un début d’engrenage. Nous avons la chance à Conty d’avoir un certain dynamisme, et l’État l’amoindrit. De plus cette décision de fermer les trésoreries n’a pas été expliquée aux gens », regrette-t-il.

C’est bien ce qui gêne aussi la secrétaire CGT, pour qui, les habitants ne prennent pas la mesure de ce que cela va impliquer. «  Pour les personnes âgées, ou qui ont du mal à se déplacer, il faudra aller à Amiens, ou ailleurs pour se faire expliquer certaines choses. Ou alors, on vous renverra sur Internet, mais ce n’est pas évident pour tout le monde », plaide celle qui dénonce le démantèlement du recouvrement de l’impôt par les petites trésoreries. «  L’accueil fiscal de proximité est important, surtout en temps de crise. L‘État veut faire des économies en supprimant des postes, puis en fermant des perceptions, mais au final, on tourne en rond  ».

Sans compter que pour les syndicalistes, ces fermetures annoncées engorgeront les trésoreries qui récupèreront l’activité des perceptions locales.

Quant aux collectivités territoriales, la CGT estime qu’elles seront elles aussi impactées par l’affaiblissement de la mission de conseil.

Article paru dans le Courrier Picard du 15 avril 2016

Colonne de droite publique: