GAP : un géomètre se met en danger pour dénoncer les décisions de l’administration

Version imprimableversion PDF

Lundi 8 octobre matin un collègue géomètre est monté avec son matériel sur le toit de la Cité Desmichels à Gap. Il a pris cette initiative pour dénoncer les orientations et les décisions prises par la DDFIP en matière d’organisation et d’emploi du temps des géomètres. La DDFiP avait jusqu’alors refusé tout dialogue sur le sujet.

Cette action dangereuse s’est fort heureusement dénouée sans accident, et le collègue a pu être évacué sur le service des urgences après plus d’une heure de négociations.

Loin d’être un simple «pétage de câble», c’est après mûre réflexion que ce collègue a décidé, seul, de passer à cette forme d’action. La CGT Finances Publiques n’encouragera jamais ce genre d’actions car elles mettent en danger la vie des agents, mais soutient pleinement ce camarade de la CGT, sur le fond de sa démarche, poussé à bout par la surdité de la direction face à ses légitimes revendications.

La CGT Finances Publiques dénonce ce refus irresponsable de dialogue social de la DDFiP, mais aussi plus globalement la médiocrité de ce dialogue dans notre administration à tous les niveaux. La DGFiP non satisfaite de faire subir des restructurations, des réformes toutes allant vers l’aggravation des conditions de vie au travail des agents, ne prend même plus la peine d’offrir un vrai dialogue dans la période.

La CGT Finances Publiques a rappelé à la direction générale qu’elle devait intervenir sans tarder sur ces sujets auprès des directions locales. Au-delà de notre revendication d’arrêt des restructurations / destructions que subissent les services, la CGT alerte sur l’urgence à prendre en compte leurs conséquences sur les agents en termes de conditions de travail et risques psycho-sociaux. Elle exige un véritable dialogue social qui ne fonctionnera pas si l’administration ignore les revendications des agents !