GREVE le 16 novembre dans les Hautes Pyrénées : LES AGENTS DANS L'ACTION. LA DGFIP MENACE

Version imprimableversion PDF

Le centre des finances de Tarbes a été bloqué aujourd'hui 16 novembre 2016 toute la journée comme l'a été le centre de Nîmes.

Une assemblée générale s'est tenue devant le centre des finances  à partir de 8 h 30.

Le principe de la grève tournante décidée en assemblée générale le 15 novembre 2016 a été rappelé.

Il est clair que la seule manière de faire changer le cours des choses et d'imposer les revendications des agents ( arrêt des restructurations continues et des suppressions d'emplois qui pourrissent le quotidien des agents et rendent les conditions d'exercice des missions chaque jour plus difficiles ...... )  passe par un mouvement d'ampleur nationale et par un ancrage de l'action dans la durée avec blocage de sites.

C'est l'orientation qui a été définie au niveau national et qui a fait l'objet d'un large débat avec les agents lors des visites de sites et HMI organisées dans le département.

Lors de la journée il y a eu un très bon contact  avec les usagers qui nous ont exprimé leur solidarité et leur compréhension, faisant eux aussi  à plusieurs reprises le constat de la détérioration des services publics.

Jeudi 17 novembre 2016 une nouvelle assemblée générale se tiendra devant le centre des finances de Tarbes à 8 h 15.
 

 

Dans l'après-midi le DDFIP des Hautes Pyrénées a informé les secrétaires des syndicats du département que les agents participant aux piquets de grève seraient passibles de sanctions disciplinaires.

LA  NATURE de la réponse de la DGFIP est révélatrice de sa volonté : empêcher toute action des agents pour pouvoir continuer à appliquer sa politique destructrice.

NOUS NE CEDERONS PAS AUX MENACES.

TOUS ENSEMBLE ET DE MANIERE SOLIDAIRE NOUS POUVONS CHANGER LA DONNE.

NOUS DONNONS RENDEZ-VOUS à TOUS LES AGENTS de TARBES ( DDFIP, Paierie, Centre des finances, TAE ) à partir de 8 h 00 ( sur la plage variable ) devant le centre des finances pour décider collectivement de la  réponse à apporter.

Le centre des finances de Tarbes a été bloqué aujourd'hui 16 novembre 2016 toute la journée comme l'a été le centre de Nîmes et alors que la grève est également reconduite dans le département du Nord.

Une assemblée générale s'est tenue devant le centre des finances  à partir de 8 h 30.

Le principe de la grève tournante décidée en assemblée générale le 15 novembre 2016 a été rappelé.

Il est clair que la seule manière de faire changer le cours des choses et d'imposer les revendications des agents ( arrêt des restructurations continues et des suppressions d'emplois qui pourrissent le quotidien des agents et rendent les conditions d'exercice des missions chaque jour plus difficiles ...... )  passe par un mouvement d'ampleur nationale et par un ancrage de l'action dans la durée avec blocage de sites.

C'est l'orientation qui a été définie au niveau national et qui a fait l'objet d'un large débat avec les agents lors des visites de sites et HMI organisées dans le département.

Lors de la journée il y a eu un très bon contact  avec les usagers qui nous ont exprimé leur solidarité et leur compréhension, faisant eux aussi  à plusieurs reprises le constat de la détérioration des services publics.

Jeudi 17 novembre 2016 une nouvelle assemblée générale se tiendra devant le centre des finances de Tarbes à 8 h 15.
 

Dans l'après-midi le DDFIP des Hautes Pyrénées a informé les secrétaires des syndicats du département que les agents participant aux piquets de grève seraient passibles de sanctions disciplinaires.

LA  NATURE de la réponse de la DGFIP est révélatrice de sa volonté : empêcher toute action des agents pour pouvoir continuer à appliquer sa politique destructrice.

NOUS NE CEDERONS PAS AUX MENACES.

TOUS ENSEMBLE ET DE MANIERE SOLIDAIRE NOUS POUVONS CHANGER LA DONNE.

NOUS DONNONS RENDEZ-VOUS à TOUS LES AGENTS de TARBES ( DDFIP, Paierie, Centre des finances, TAE ) à partir de 8 h 00 ( sur la plage variable ) devant le centre des finances pour décider collectivement de la  réponse à apporter.

Colonne de droite publique: