PÉTITION DES INSPECTEURS DIVISIONNAIRES DE CLASSE NORMALE : Nous demandons la linéarité de carrière pour les deux classes dans le grade d’IDIV !

Version imprimableversion PDF

Nous avons fait connaître notre mécontentement dans différents départements par des pétitions et délégations auprès des directions, après notre participation massive à la grève du 15/11/2016. La CGT nous a relayé en portant fortement la  revendication de la linéarité de carrière lors des trois groupes de travail A+ en 2017.

Pourtant, la direction générale fait comme si elle ne voyait et n’entendait rien, malgré ses promesses d’ouvrir les discussions. Pour l’instant, elle n’a programmé qu’une seule réunion de concertation cadres supérieurs l’après midi du 14/11/2017, sans préciser l’ordre du jour. Elle mise en réalité sur la force de l’habitude et sous estime notre malaise qui est bien réel :

  • Fongibilité des doctrines d’emploi avec les IP sans rémunération correspondante ( PCE, PCRP, brigades de vérification…) ;
  • Problème de positionnement aléatoire et manque de soutien technique (SIP, SIE) ;
  • Complexité des relations avec certains évaluateurs locaux (manque de légitimité) ;
  • Impossibilité de rejoindre les régions d’origine (y compris en mutation) ;
  • Perspectives de promotions extrêmement réduites (hors classe, postes comptables C2) ou perdues pour ceux qui ne peuvent sortir du vivier ;
  • Casse des règles de gestion : suppression du deuxième mouvement administratif et comptable, dissociation des mouvements administratifs et comptables (empêchant le panachage dans la même demande), multiplication des postes aux choix et sensibles …;
  • Suppression de la PALP sans contrepartie

Nous ne pouvons accepter d’être les victimes résignées d’un choix qui consiste à nous utiliser pour mettre en place un encadrement des services à bas coût !

Concrètement, dans notre grande majorité, nous parvenons à l’échelon terminal de la classe normale et restons bloqués dix à quinze ans sans autre perspective. En effet, la hors classe devient quasi inaccessible, tant comptablement qu’administrativement, notamment à cause de l’inflation des mutations en priorité absolue du fait des restructurations…

Parallèlement, les charges managériales et techniques ne cessent de croître, les processus de travail changent perpétuellement et le niveau des responsabilités augmente.

Voilà pourquoi, sous des formes diversifiées selon les départements, le mécontentement n’a cessé de s’exprimer.

Nous attendons de la Direction Générale qu’elle rattrape le retard pris dans le traitement du malaise des IDIV CN malgré tous les signaux que nous avons envoyés.

C’est pourquoi nous demandons que les discussions annoncées démarrent dans les plus brefs délais, afin d’aboutir au déblocage des carrières. Cela passe par :

  • La linéarité de carrière dans le grade d’IDIV sans mobilité géographique ;

  • La revalorisation des régimes indemnitaires encadrant.

Colonne de droite publique: