Politique de restructuration de l accueil de la DGFIP et questionnaire du collectif accueil de la CEN.

Version imprimableversion PDF

En septembre 2016 , au sein des CIS (CIS de Lille + CIS de Nancy) il y a eu constitution d’un nouveau pôle « Centre de contact » à effectif constant au détriment des CIS.

C’est actuellement 22% des foyers fiscaux qui seront couverts par un centre de contact fin 2016.

Les dysfonctionnements du logiciel e-contact pourtant dénoncés par la CGT Finances publiques n’ont pas empêché sa généralisation.

La création du centre de contact DOM à la Martinique et la mise en place de l’assistance aux usagers sur les parcours en ligne voulue par la DG pour 2017 (avatar : soutiens à distance de l’usager par un agent...) rencontrent de gros problèmes techniques de faisabilité...

La généralisation d’espaces libre-service numérique gérés par la SRP et SPIB2C se poursuit avec en parallèle une réorganisation globale des aménagements des accueils et la mise en place d’un logiciel (toujours sans nom) en 2017. Ce logiciel est destiné à la gestion ou plutôt au flicage de la reception en 2017.

C’est la conception globale de l’accueil et du service public qui sont en cours de réorganisation à la DGFIP.

Le rapprochement des CPS et des CDC est d’ailleurs déjà envisagé avec l’extension des taches confiées aux CDC.

La DG ne s’arrête pas là et exploite dans les services physiques d’accueil les jeunes du service civique dont la deuxième vague d’arrivée de septembre 2016 est de 200 agents.

Pour la CGT cette attitude de la Direction générale tant dans la forme (précipitation du calendrier et absence de réelle concertation avec les personnels et leurs représentants) que sur le fonds (destruction du réseau de proximité de la DGFIP) est inacceptable.

IL Y A URGENCE à réagir et exiger l’ouverture d’un vrai débat contradictoire sur les emplois et l’avenir des missions.