Région Occitanie : AVENIR DES SERVICES LOCAUX DU DOMAINE : La Déléguée du directeur général : "JE SAIS TOUT MAIS JE NE DIRAI RIEN ". UNE URGENCE : LA MOBILISATION DES AGENTS ET DES ELU(E)S !

Version imprimableversion PDF

C'est dans ce contexte d'urgence et de manque de transparence évident que les syndicats des
Finances Publiques Solidaires CGT et FO ont rencontré, à leur demande, le 22 juillet 2016 Mme la
Déléguée du directeur général de l'Interrégion Occitanie (Sud Pyrénées), non pour débattre du fond de la restructuration (les désaccords sont connus nationalement et clairement identifiés), mais bien pour obtenir des réponses

Pendant plus d’une heure, la Déléguée s’est bornée à égrainer des éléments de langage résumant les principes de la restructuration, et à effectuer une séance de lecture des fiches présentées lors du groupe de travail du 30 juin.
Elle s’est refusée à donner la moindre indication sur ses positions et pistes de réflexions sur les services locaux au regard des spécificités de la Région (rural/urbain, service foncier 67...), en évoquant une concertation nationale sur « le schéma métiers » qui se poursuivra à la rentrée.
Une telle attitude est révélatrice d'un certain mépris envers les agents et frise la mauvaise foi, la Direction Générale ayant seulement laissé entrevoir un groupe de travail sur les règles d'affectations mais rien sur le « schéma métiers ».
Elle s'est refusée à toute discussion sur la réorganisation des services locaux du Domaine, ne se prononçant pas sur la « nécessité » pourtant évidente de donner du temps à la réflexion et au débat contradictoire.
Malgré l'insistance des représentant-e-s de l'intersyndicale, la Déléguée représentante du Directeur général, a choisi d'ignorer les préoccupations des agents quant à leurs conditions d'exercice des missions et aux conséquences sur leurs conditions de vie.
Après s'être emportée sur une incompréhension mineure lors du débat et après une heure d'échanges stériles, elle a mis fin à la discussion.

Face à ce mépris de l'administration pour les agents et les missions qu'ils assurent, l'heure n'est nullement à la résignation.
IL Y A URGENCE à réagir et exiger l'ouverture d'un vrai débat contradictoire sur l'avenir de cette mission et des agents qui travaillent dans les services.
LA DIRECTION GENERALE doit suspendre sa réforme et accepter d'ouvrir un vrai dialogue social.
Dans tous les départements, nous invitons les élu(e)s en CTL et représentant(e)s en CHSCT de nos trois organisations à exiger dès à présent la tenue des instances représentatives à la rentrée en mettant l'avenir des services France Domaine à l'ordre du jour.
L'avenir de cette mission exige également un vrai débat avec les élus locaux que la Direction Générale cherche à court-circuiter.
ALERTONS PARTOUT ET SANS DELAIS LES ELUS: SUR LA CASSE D'UN SERVICE PUBLIC DE PROXIMITE RECONNU ET APPRECIÉ POUR SA NEUTRALITE ET GARANT DE LA TRANSPARENCE DES OPERATIONS IMMOBILIÈRES !

La suite en pièce jointe

 

Colonne de droite publique: