Rhône Action Retrait bornes CAF l'expression de la section 69

Version imprimableversion PDF

Après la remise à la direction d'une pétition demandant le retrait des bornes CAF signée par plus de 500 agents, une initiative a été décidée lors des HMI sur les sites concernés d'amener à la direction les bornes à l'occasion du CTL du 24 mars.

Après recul de Solidaires et de la CFDT de retirer physiquement ces ordinateurs, FO toujours Ok sur le principe mais ne disposant pas de militant disponible, la CGT a finalement décidé de ne retirer symboliquement que la borne du site de la direction le matin du CT. Cette opération s'est effectuée avec FO.

La demande du retrait des bornes CAF dans le département du Rhône a été portée en intersyndicale (CGT, Solidaires, FO, CFDT et CFTC) accompagnée d'une centaine de collègues convoqués en tant qu'experts.

Après lecture d'une déclaration liminaire intersyndicale dénonçant l'installation des bornes, les agents ont pris à partie le directeur et les élus CGT et FO lui ont symboliquement remis l'une des bornes CAF. Les photos dans la rubrique Media

Malgré la détermination des collègues la direction est restée sur sa position arguant que la décision d'un éventuel retrait relevait de la DG.

La confrontation a duré plus d'une heure. Les collègues se sont largement exprimé sur leurs difficultés actuelles et leur refus d'être obligé de faire une mission qui ne relève pas de la DGFIP alors même qu'ils subissent des milliers de suppressions de postes depuis quelques années.

A l'issue, la CGT a initié un rassemblement des collègues devant la DRFIP. Cela a été l'occasion de rappeler que, face au refus de la direction de renoncer à ce projet, il faudrait envisager des actions plus fortes afin de montrer notre détermination. L'idée de bloquer l'accueil de certains sites a été évoquée (Villeurbanne, Caluire, Bron). Une déclaration liminaire CGT a alors été lue.

La 1ère échéance à réussir est évidement celle du 31 mars. La CGT, seule, a proposé un rassemblement le matin du 31 devant la direction afin de faire entendre nos revendications spécifiques puis, de partir ensemble, à la manif interpro.

D'ores et déjà, à cette heure (17h), le DRFIP vient d'inviter l'ensemble des secrétaires départementaux pour leur faire part lors d'une réunion qui se tiendra demain, vendredi, dans son bureau, à 11 heures le résultat de ses contacts avec la DG.

Notre action n'a donc pas été vaine, au contraire, nous avons contraint la direction à sortir du bois.

Colonne de droite publique: