RIALTO MEMO CA BOUGE DANS L ALLIER !

Version imprimableversion PDF

La DGFIP veut faire passer en force l’application RIALTO MEMO destinée aux vérificateurs mais ces derniers n’en veulent toujours pas, tout comme RIALTO INVESTIGATIONS qu’ils ont rejetée.

Lors de la réunion du dernier CHSCT de l’Allier, le 9 février, les participants ont été informés de cette nouvelle application par la cheffe de brigade de Cusset, de la DIRCOFI CENTRE.

La présentation n’était pas soumise au vote.

La CGT a fait part des remarques des collègues vérificateurs concernant cet outil et rappelé que la plupart d’entre eux rejetaient cet outil pour les raisons suivantes : 

  • augmentation du temps passé sur écran à renseigner une multitude de champs 
  • stress lié à la multiplication des données à renseigner manuellement et à la multiplication des échanges formels entre le vérificateur et son chef de brigade pendant la durée du contrôle sur place. 
  • risque de dérapage écrit lors des échanges formels entre le vérificateur et son chef de brigade lors du renseignement du champ « point d’étape et synthèse » 
  • risque de l’utilisation outrancière des écrits formalisés lors des échanges entre le vérificateur et son chef de brigade lors du renseignement du « point d’étape et synthèse »
  • pour établir le DUERP les collègues vérificateurs ont codifié la fréquence à 4 parce que risque quotidien et la gravité à 3 ou 4, c’est-à-dire grave ou très grave, ce qui n’est pas anodin !

 voir l’article sur le site de la CGT ALLIER

Colonne de droite publique: