La dette publique va occuper à nouveau les esprits.

La crise du COVID fait grimper l’endettement, et sera à n’en pas douter utilisée pour justifier de nouvelles coupes dans les dépenses et effectifs publics.