Ce groupe de travail mutations (dont le but est de discuter et d’intégrer dans l’instruction annuelle sur les mutations les aménagements que souhaite y apporter l’administration) risque d’être le dernier que nous connaissons sous cette forme.

Ce 28 septembre était convoqué un groupe de travail «droits syndicaux» traitant exclusivement au travers de 3 fiches de la mise en place de l’assimilé permanent à compter du 1er janvier 2019.
 

Ce groupe de travail comporte 5 fiches que l’on peut résumer ainsi :

Généralisation des recrutements au choix sur les empois “hors métropole” (fiche qualifiée de hors-d’oeuvre par certains cadres !)

Derrière le vocable pudique d’accélération de la stratégie de la DGFIP sur les espèces se cache une volonté évidente dans le GT : la fin des espèces à la DGFIP.

Sans numéraire, c’est encore une activité qui est éradiquée.

Ce GT était un bilan des deux phases d‘expérimentation du télétravail à domicile à la DGFIP avant sa généralisation .

L’administration impose l’affectation nationale au département, le GT du 10 avril a donc eu pour ordre du jour des fiches sur les modalités de cette nouvelle règle. 

La CGT Finances Publiques ne renonce pas et : 

Le gouvernement a reconnu lui-même citant l’IGF dans son communiqué du 10 octobre 2017, que  la réforme n’aurait pas pu être mise en œuvre au 1er janvier 2018 sans « risque de défaillance élevé »

Mme Gabet, cheffe de CF, sur les deux dossiers les plus épineux du moment, à savoir le suivi de compétences et la forte augmentation des objectifs en DDFiP/DRFiP suite à la refonte des indicateurs, nous a sorti le « Panous panous », voire le « pasmoi pasmoi ».

Pour la CGT Finances Publiques, le dialogue social à la DGFiP n’est pas digne. Dire qu’il n’est pas à la hauteur des enjeux actuels correspond à la réalité, mais surtout il est un alibi de l’administration quoique de moins en moins crédible auprès des agents.

Monsieur le Directeur Général,

Un groupe de travail sur « la formation de demain » s’est tenu le 20 décembre 2017.

Nous sommes intervenus auprès de la Direction Générale à plusieurs reprises pour vous apporter les arguments justifiant nos demandes  :

Nous avons lu attentivement les fiches envoyées bien sûr nous interviendrons au fur et à mesure sur les différents sujets qui y sont abordés.

Pour le chef du service GF de la DGFIP, le réseau du recouvrement forcé est « disparate ». Les recouvrements des divers produits sont séparés : impôts, amendes, produits locaux sont traités dans des services différents même pour des débiteurs communs.

Pages