Le 16 novembre, à l’appel des organisations syndicales de salariés, d’étudiants et de lycéens CGT – FO – Solidaires – UNEF – UNL – FIDL, des dizaines de milliers de salariés mais aussi de privés d’emploi, retraités, jeunes ont manifesté sur tout le territoire pour affirmer qu’ils ne céderont pas sur leurs droits, face à une politique qui favorise les plus riches au détriment des plus pauvres. Ce gouvernement démantèle les droits des salariés du privé et casse le service public en le privant de ses ressources.

La Direction Générale s’enorgueillit de ne supprimer que 1591 emplois en 2018.

Dans le projet qui sera soumis au prochain Comité Technique de Réseau le 23/11/2017, il est d’ores et déjà proposé  la suppression de 7 emplois pour la DDFIP du Cantal : 1A+  3B  1B Géomètre 2C

Après 6 emplois supprimés en 2017, cette année 2018 nous avez été présentée comme une année de clémence avant des jours plus difficiles. A ce rythme nous ne serons plus très nombreux dans le Cantal d'ici la fin du quinquennat.

Gérald Darmanin était lundi 13 novembre en terre toulousaine dans son rôle de VRP de luxe pour le prélèvement à la source (PAS).

Les militants de la section avaient décidé de l'interpeller sur l'état de notre administration nationalement et surtout localement.

N'étant pas sûrs de pouvoir l'approcher, nos camarades ont accepté de rencontrer son directeur de cabinet (et pas un énième conseiller!) pour lui expliquer les problèmes de la DRFiP et leurs revendications, en faisant le lien avec les politiques nationales à l'oeuvre.

Un an après une forte mobilisation des collègues de la DRFIP Nord et suite à la grève unitaire du 10 octobre dernier, l'intersyndicale de la DRFIP Nord constate qu'aucune réponse n' a été apportée aux revendications en matière d'emplois (bien au contraire avec les 1650 suppressions d'emplois à la DGFIP pour 2018), de restructurations, de rémunération, de carrières.

Pire, le directeur général s'attaque frontalement aux droits et garanties des collègues réduisant encore les possibilités de mutations, laissant désormais l'arbitraire comme seule règle aux mutations.

La CGT, Solidaires et FO avec des agents étaient présent devant le Cinéville de Lorient ce 7 novembre pour dénoncer une opération de communication menée par la DGFiP auprès de ses agents.

Ils ont ainsi ait entendre un autre discours que la soupe servie aux agents convoqués à cette Grand Messe.

La grande majorité des agents a quitté la salle du Cinéville face au discours lénifiant qui leur était servi par une direction venue leur présenter les réformes à venir.

COMMUNIQUÉ COMMUN CGT Finances Publiques - FO-DGFiP

Le gouvernement poursuit aujourd’hui son entreprise de destruction des acquis des droits des salariés. Dans le secteur privé, ce sont les ordonnances Loi travail, pour la sécurité sociale c’est la transformation de son financement à travers le transfert cotisations sociales CSG.

La journée d'action et de grève du 10 octobre a rencontré un grand succès dans l'ensemble de la fonction publique.  Mais depuis, nous n’avons eu aucune réponse sur nos revendications. Et si le gouvernement entend désormais intégralement compenser la hausse de la CSG, ce geste est loin de nous satisfaire… et ne répond en rien aux attentes des agents, et entérine une conception de la protection sociale qui n’est pas la notre.

En dépit du mécontentement légitime que provoque leur politique et des mobilisations qu’elle suscite, le Président de la République, le Premier ministre et le gouvernement poursuivent leur politique de casse sociale et d’austérité, répondant aux voeux du MEDEF.

Ces frappes tous azimuts sont cohérentes et s’inscrivent dans une vision globale et homogène d’un projet de société marqué du sceau du libéralisme le plus exacerbé, répondant aux exigences sans fin de la loi du profit.

Pour les organisations syndicales de salariés, d’étudiants et de lycéens, CGT – FO – Solidaires – UNEF – UNL – FIDL réunies le 24 octobre 2017, un constat s’impose, celui d’une politique libérale visant à accroître les inégalités au profit d’une minorité.