Avec la loi de «transformation de la Fonction Publique», le gouvernement a décidé de frapper fort et vite en s’attaquant frontalement aux fonctionnaires. Ce projet porte une atteinte grave au service public. C’est aussi «une boite à outils» pour les restructurations massives en cours et à venir dans nos ministères avec leurs milliers de suppressions d’emplois.

Alors que des pays s’enferment dans une dérive nationaliste, d’autres, à l’instar de l’Algérie et du Soudan voient leurs peuples se révolter contre des régimes totalitaires. Notre solidarité leur est acquise comme elle l’est à tous les peuples qui luttent pour la justice et le progrès social.

La France n’est pas en reste à l’image des multitudes de mobilisations qui se mènent depuis plusieurs mois et plusieurs années. Ces mobilisations se poursuivent dans la durée à l’image des gilets jaunes, des jeunes et des retraités.

Ce qui nous est imposé n’est pas la continuité de ce que nous vivons depuis plus de dix ans.

Après des années de suppressions d’emplois, de restructurations et de tension sur le pouvoir d’achat, le gouvernement veut désormais imposer un dynamitage en règle de la Fonction publique et de la DGFiP : toutes les missions, tous les services, tous les agents sont concernés.

../..

Les ateliers d’acquisition des données constituent une mission historique de l’informatique à la DGFIP. En 10 ans, de 2009 à 2019, les effectifs de ces ateliers sont passés de 600 agents à 210 agents. Ils sont employés dans 16 ateliers répartis dans 15 ESI.

C’est dans une fiche présentée laconiquement par la direction qu’on apprend l’avenir de ces ateliers :

TOUS FERMERONT LE 1er SEPTEMBRE 2020

Sauf : Clermont qui fermera le 1er septembre 2022, Reims et Angers dont l’activité perdurera.

Durant ce premier trimestre 2019, de nombreuses actions locales se sont déroulées prenant des formes variées : sensibilisation des usagers, rassemblements, interpellations des élus et des médias, journées de grève, manifestations nationales...

Après quatre rendez-vous nationaux pour faire le lien entre le local et le national,qui ont émaillé ces trois mois de lutte, la mobilisation est toujours présente dans de nombreuses directions.

Face aux attaques répétées du gouvernement contre les droits fondamentaux à manifester, s’exprimer, s’organiser, les dérives autoritaires et les mesures liberticides, la CGT Fonction Publique appelle l’ensemble des personnels à se mobiliser le samedi 13 avril pour les libertés publiques et le droit de manifester. Elle s’inscrit ainsi dans le cadre de l’appel commun lancé par de nombreuses organisations, dont la CGT.

Dans le cadre de l’appel intersyndical à la mobilisation, partout réunissons-nous sous toutes les formes possibles et dans l’unité la plus large possible pour décider des moyens d’actions, y compris par la grève, sur toute la période médiatisée de campagne d’impôt sur le revenu et dans la perspective d’être massivement en grève avec toute la Fonction publique le 9 mai !