Depuis le 24 février, les bombardements et les combats ont déjà fait plusieurs milliers de victimes civiles, dont près d’une centaine d'enfants et des milliers de blessé·e·s. Les civils sont des cibles de guerre.

Tout augmente, sauf nos salaires et nos pensions !

Ce 8 mars, des dizaines de milliers de salarié.e.s ont répondu à l’appel à la grève féministe lancé par la CGT et 60 organisations féministes, partout en France, dans plus de 200 initiatives.

C’est dans les actions, les initiatives revendicatives, les manifestations que le plus souvent les salarié·e·s adhèrent à la CGT.

La loi « Différenciation, décentralisation, déconcentration et simplification » a été définitivement adoptée par le Parlement les 8 et 9 février.

Le président Vladimir Poutine a pris cette nuit la lourde responsabilité d’ordonner le bombardement de dizaines de sites militaires à travers toute l’Ukraine et aux troupes de l’armée de terre russe de franchir la frontière en plusieurs points du territoire ukrainien.

A l’initiative de l’Institut d’histoire sociale CGT et du collectif confédéral « lutte contre les idées d’extrême-droite », le 10 février, chercheurs et syndicalistes ont analysé les relations historiques et contemporaines des mouvements d’extrême-droite avec le mouvement ouvrier et le phénomène

Les salarié-es du secteur public comme privé, les retraité-es, les jeunes partagent toutes et tous une même priorité face à l’augmentation du coût de la vie, il faut augmenter les salaires, les pensions, les allocations et les bourses  étudiantes.

À l’appel de 8 organisations syndicales et de jeunesse, plus de 170 rassemblements et manifestations se sont déroulés aujourd’hui dans notre pays réunissant plus de 150 000 salariés, retraités, jeunes, pour exiger des mesures immédiates du gouvernement et du patronat d’augmenta

Les dernières mesures annoncées pour faire face à l'épidémie confirment la priorité donnée aux intérêts du capital, fut-ce au prix de la santé des travailleurs dits de première et deuxième lignes.

Communiqué de la CGT

Tout augmente sauf les salaires : le prix des loyers, les tarifs de l’électricité, du gaz comme de nombreux produits de 1ère nécessité explosent, le pouvoir d’achat de la majorité des salariés, privés d’emploi et retraités diminue.

Bien vivre sa retraite : une exigence sociale !

Pour tenter d'éteindre la colère, le gouvernement a annoncé le versement d'une prime de 100€ pour la fin d'année. Un coup de pouce bienvenu pour les 38 millions de français qui vont en bénéficier mais une réponse insuffisante face à la montée des prix et au blocage des salaires.

100 balles et un mars, expression populaire qui résume assez bien le message du gouvernement.

100 euros une fois, pas pour tout le monde, pour tenter d’étouffer le trop-plein de colère des Français face à la baisse de leur pouvoir d’achat.

Les questions de salaires, du « reste à vivre », de la reconnaissance des qualifications et de l’expérience professionnelle, reviennent comme une priorité dans la période et répondent aux revendications largement portées par les

Pages